Francesco Iacurto

Canadien, R.C.A., I.A.F.

Francesco Iacurto

Né à Montréal le 1er septembre 1908, Francesco Iacurto manifeste très tôt des aptitudes remarquables pour le dessin puisque dès l’âge de treize ans, il expose au Monument national. Il y étudie également le dessin en 1922 sous la direction d’Edmond Dionet. À quatorze ans, il sera le plus jeune étudiant de l’École des Beaux-arts de Montréal qui ouvre ses portes en 1923. Il y fera la connaissance de Jean-Paul Lemieux et sera de la même promotion que Paul-Émile Borduas et Sylvia Daoust. Dès 1927, Iacurto gagne plusieurs prix et reçoit en 1928 son diplôme de professeur. En 1929, il obtient une bourse pour effectuer des études à Paris.

En 1938, Iacurto s’installe définitivement à Québec et entame une série de portraits. Il voyage en France en 1953 et en Italie en 1956, où il peint les Jardins du Vatican, et en Grèce en 1964 où, à la demande de l’ambassadeur canadien Antonio Barrette, il réalise quelques toiles sur la ville d’Athènes.

Entre 1965 et 1974, Iacurto enseigne la peinture et est élu membre de l’Académie Royale canadienne. En 1974, il se consacre entièrement à son art et le professeur Maurice Lebel lui rend un hommage particulier dans son livre Souvenirs dont Robert Choquette signe la préface.

En 1988, alors qu’il célèbre ses 80 ans, une rétrospective de dessins Visages intimes se tient à l’Université Laval et une biographie de Iacurto est écrite par Hugues de Jouvancourt.

En 1990, il est reçu Chevalier de l’Ordre du Mérite de la République d’Italie et préside, en 1991, le Symposium de peinture du Carnaval de Québec, au moment même où la Villa Bagatelle de Sillery présente une rétrospective de l’œuvre de Iacurto qui rassemble près de quarante huiles, pastels, crayons, sanguines et aquarelles réalisés entre 1922 et 1990. La qualité du dessin, le souci du détail et le caractère lumineux de ses toiles distinguent l’œuvre de Iacurto et ont exprimé tout le charme que la ville de Québec exerce sur lui, tout comme la région de Charlevoix.

Ses œuvres sont exposées au Musée du Québec, à la Galerie nationale d’Ottawa, au Sénat canadien, au Parlement de Québec, au Vieux Séminaire de Québec, à la Citadelle, à l’Hôtel de Ville de Québec et à l’Université Laval.

Francesco Iacurto s'éteint à Québec en 2001.

Source : Ordre National du Québec,  https://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=245


 

Ventes notoires de Francesco Iacurto

Demande d'information

Choisir...
Ajouter un fichier +




Les champs identifiés par un astérisque (*) sont obligatoires.